ETAPE 16 : de St Cannat (750 km) à St Maximin la Ste Baume (800 km)

01/05

[ Début étape] Sortie St Cannat - Lignane - La Calade - Célony - Aix en Provence (première partie) →

Chic, une nouvelle étape et elle débute exactement là où nous nous étions arrêtés précédemment, à hauteur du Village des Automates, à la sortie de St Cannat. (Voir fin de l'étape précédente).

Pour Rappel, déclassement de la route nationale 7 : par la réforme 2005 , dans le département des Bouches du Rhône, la nationale 7 prend l'appellation de D7N,
renumérotation spéciale propre à ce département et à celui du Var, pour rester au plus proche de son appellation d'origine.
Sans doute la renumérotation la plus pertinente que nous ayons rencontrée depuis Paris.


Départ nouvelle étape

En route -

Nous voici en route, sur une D7N rectiligne, bordée de part et d'autre par la pinède et les vignes Provençales.


Avouons le, on a connu des paysages beaucoup moins idylliques.

Lignane Km 0753

Lignane, situé au carrefour des routes de Rognes et Eguilles, n'est qu'un hameau noyé au milieu d'une petite zone d'activité. A peine le remarque-t-on.

Au XIVe siècle, Lignane fut détruit par celui que l'on appelait le "Fléau de Provence", Raymond de Turrenne Capitaine des Armes du Comtat Venaissin.

Dans leur livre "Deux gourmandes en pays d'Aix (1984)" Muriel Escalle et Élisabeth Marchessaux racontent l'histoire d'une source miraculeuse à Lignane, une source, où les jeunes aixoises allaient en pèlerinage en période de sécheresse.
On priait alors la vierge dans une cavité de la source tarie, et la pluie soudain survenait...

Aujourd'hui, la source est définitivement asséchée après les travaux du canal de Provence.

Que nous reste-il ?

Sur la droite, le vieux café-resto-routier à la terrasse ombragée est définitivement fermé.
Sur la gauche, l'Auberge Espagnole, une vieille bastide que l'on croirait tout droit sortie de l'époque du Fléau de Provence, propose un mélange hétéroclite de brocante, d'antiquité, de décoration , de traiteur avec terrasse et tapas.

Déjà signalée sur les cartes d' Etat Major comme l'Auberge neuve, la bastide n'a pas pris une ride.


L'Auberge Neuve au début du siècle dernier et l'Auberge Espagnole aujourd'hui. Image réactive. Photo Claude.K


A la sortie de Lignane. Mur Peint Suze, comme quoi en Provence, il n'y a pas que le pastis.

En route -

On quitte Lignane, toujours en ligne droite, direction La Calade.
Il existe, ici aussi (voir étape précédente), un tracé de route bien antérieur à celui de notre route nationale, déjà nommée "ancienne route de Paris" sur le cadastre Napoléonien (milieu du XIXe siècle).
En mal de parcours bucolique ?
Alors, à la sortie de Lignane, à hauteur de l'arrêt de bus, prenez à gauche, pour emprunter sur près de 2 kilomètres cet ancien chemin carrossable, ancêtre de notre route nationale.

Sinon, poursuivons par la route principale.

La campagne Provençale disparaît peu à peu et se laisse envahir par les entrepôts et les panneaux publicitaires de la zone d'activité commerciale.
Déplaisante agression visuelle, nous approchons d'Aix et le paysage s'en ressent.

Sur la gauche, le récent Musée du Calisson, confiserie du Roy René, nous fait du gringue.
Allez un petit arrêt friandises, la visite est gratuite et il y a une boutique.

https://www.calisson.com/fr/


La confiserie du Roy René, musée du Calisson.

Difficile au passage de faire l'inventaire des établissements fermés ou disparus le long de la route d'Avignon.

Certains pourtant ont la vie dure..


Le Tourangeau, un ancien relais routier sur la Route d'Avignon. Image réactive.

Le carrefour suivant, va hélas nous détourner du tracé originel de la route nationale 7.
Depuis octobre 2017, une déviation permet de contourner le bourg de La Calade, mais surtout de franchir sans danger la voie ferrée Lyon/Marseille via Grenoble.


En jaune, la route actuelle (D7N) et la déviation.
En rouge, le tracé originel de la RN7.
En bleu l'ancienne route de Paris et d'Avignon.
Pointillés noirs la ligne de chemin de fer.

L’ancienne route nationale 7 que l’Etat a transférée au Département le 1er janvier 2006 dans le cadre de la loi du 13 août 2004, comprenait un passage à niveau au lieu dit La Calade, à l’ouest d’Aix en Provence.
Auparavant l’Etat en avait l'entière responsabilité.
Suite à la collision d’un bus scolaire avec un train en 1993 qui a fait 4 morts (3 enfants et le chauffeur du car), l’Etat a entamé des études pour la suppression de ce passage à niveau.

(Extrait Plaquette Bouche du Rhône Opération routière structurantes.)


Construction de la nouvelle déviation de la D7N. Photo Claude. K . juin 2015

Le contournement de La Calade est aujourd'hui obligatoire, mais rien ne nous empêche d'aller y faire un tour.
Direction ZA Calade Nord.

Le nom du lieu-dit La Calade vient d'une convention passée en 1454 qui ordonne la réfection de la route royale (ancienne route d'Avignon).
Pour parer aux dégâts causés par la nature marécageuse de l'endroit et les débordements de la Touloubre, il est décidé d'y construire un pont mais aussi de calader,
c'est-à-dire paver en galets la dite route à chaque accès du pont, pour la rendre praticable après le retrait des eaux. (extrait Wikipédia)


La Calade


Encore une vieille institution sur le bord de la route, toujours en activité. Image réactive.

Si vous souhaitez poursuivre le parcours par l'ancienne route de Paris/Avignon, alors face à l'auberge actuelle de La Calade, empruntez la petite route sur la gauche qui vous ramènera sur cet ancien itinéraire interrompu par la déviation.
L'occasion de découvrir à quelques mètres de là l'oratoire St Louis.

Comme de nombreux oratoires, le petit monument religieux est édifié à l'intersection de routes, bien antérieures aux cartes de Cassini du XVIIIe siècle.
La forme curieusement pyramidale de l'édifice pourrait rappeler le souvenir d'une voie antique, la voie Héracléenne, remontant au moins au deuxième millénaire avant JC.


L'ensemble était à l'origine surmonté d'un globe de pierre et couronné d'une Croix Latine en fer forgé. Dans le cadre : l'oratoire en 1930.

En route -

Pas grand chose à signaler sur ce secteur industriel qui a tout de même conservé ses alignements de platanes.
Notre route s'arrête désormais soudainement au niveau du passage à niveau PN106.
Demi-tour vers la déviation, et retrouvons nous de l'autre côté de la voie ferrée.


L'ancienne route nationale 7 désormais stoppée nette dans son élan depuis fin 2017. Image réactive.


La portion sud après la voie ferrée.

La déviation retrouve rapidement le tracé rectiligne de la route nationale 7 en direction d'Aix.
Au loin, apparaît le totem d'une station service, nous voici à Célony.

Célony Km 0758.

Vu sa proximité avec Aix, on pourrait dire de Célony que c'est un village banlieue qui cherche tout de même à conserver son caractère authentique.
La naissance de Célony coïncide avec le début de l'exploitation des fours à chaux et des galeries plâtrières au début du XIXe siècle.
Le plâtre de Célony était particulièrement utilisé dans la fabrication des Santons de Provence.

En tous les cas, si les plâtrières sont aujourd'hui fermées, ce qui se remarque à Célony, c'est le totem de la station service.
Station service digne héritière des années 50, où les pétroliers rivalisaient d'ingéniosité ostentatoires pour se faire remarquer de loin par l'automobiliste.


Célony et son célèbre Totem.


Avant Total, il existait un autre Totem pour la marque OZO (surmonté de l'inscription Mattei),
et si l'on remonte le temps, pour la marque SEM. Image réactive.
(remerciement à JF Magnac, pour les photos n&b)

La SEM (Société Marseillaise des Essences) :
En 1922, pour faire face à l'afflux de visiteurs de la seconde exposition coloniale du Parc Chanot à Marseille, un garagiste, Raoul Mattei, a l'idée de lancer à travers la ville une vague de 200 taxis derniers cris, les fameux Taxis Verts Mattei.
Raoul Mattei, ne s'arrête pas là. Il fonde un réseau de lignes d'autocars, les autocars Mattei, qui vont sillonner le département des Bouches-du-Rhône. Puis il se lance dans la location de véhicules sans chauffeur, tout en continuant de développer de nouvelles concessions et de nouveaux garages à travers l’hexagone.
Le groupe Mattei, va devenir au fil des années un véritable trust Marseillais de l'industrie automobile, surtout dans le département.
Le groupe détient également un petit réseau de distribution d'essence, la SEM Société des Essences Marseillaise.


En Face de la station, l'ancien Motel Super Aix, aujourd'hui résidence hôtelière Le Clos de Célony.

A côté de la station service, l'ancien restaurant Les Routiers, s'est transformé en multi-commerces, brasserie, boulangerie, cave à vin.
Le Totem étant situé au sommet de la côte, il ne nous reste plus qu'à entamer la descente.
Après la station service, voici, toujours sur la gauche, le cœur de ville, un alignement de commerce café, tabac, presse, primeur, pharmacie, coiffeur, banque ...
Cet ensemble a été construit au début du siècle dernier pour accueillir les tout premiers ouvriers des plâtrières.


Esthétiquement discutable aujourd'hui, voici le premier immeuble construit à Célony pour accueillir les ouvriers.
Ça n'a presque pas changé. Image réactive.


En lieu et place de l'actuel parking, il y avait la fontaine-lavoir.
Combustibles, Tabac, Café, Mercerie, Vins.. à chaque époque ses priorités.

En route -

On quitte Célony pour entamer la descente vers Aix.
La circulation se densifie, les radars sont de la partie.

Un kilomètre après Célony, l'échangeur du quartier "des Plâtrières", permet l'accès à la route nationale 296 en direction de Gap, ou dignes les Bains.
En 1953, la physionomie de ce secteur sera fortement modifié et le profil de la route sera rectifié.
Auparavant notre N7 amorçait ici une courbe et traversait un îlot de quelques maisons et commerces situés à proximités des mines de plâtre.


Cliché noir et blanc 1960 : on distingue la "récente" route N7 en diagonale qui
évite désormais le virage dangereux du quartier des Plâtrières.
Image réactive vue actuelle ( en rouge l'ancien tracé).


Il ne reste rien aujourd'hui de l'ancien tracé qui se termine ici en cul de sac.

Ne vous étonnez pas, après l'échangeur vers Gap, du changement de numérotation de la route D7N en RN 296.
La RN 296 est une ancienne route, correspondant au contour Sud-Ouest d'Aix en Provence et reliant la RN7/D7N à l'autoroute A51.

Sur une section de près d'un kilomètre, la RN296 intègre la D7N.
Dès que la RN296 amorce un virage, il faudra emprunter la sortie n°8 en direction d'Aix Centre, pour retrouver le tracé de la N7. Vous suivez ?


Il nous faut quitter la RN 296, pour retrouver le tracé de la RN7

Nous voici à Aix En Provence.

Aix en Provence Km 0760


Graphie en Français et en Mistralien

Nous voici avenue De Lattre de Tassigny, bordée de platanes, comme il se doit.
Nous sommes sur l'ancien tracé de la RN7 de Paris à Antibes.

Quelques éléments historiques pour nous situer un peu :

Origine et Période Gallo-Romaine :

Au IVe siècle av. J.-C, la Basse-Provence est occupée par une confédération de tribus celto-ligures, dont la capitale politique est l'oppidum d'Entremont, à proximité de Puyricard.
En 123 av. J.-C., à la suite de l'appel des Grecs de Massalia (Marseille) alliée de Rome, en conflit permanent avec les tribus ligures et gauloises du voisinage, le consul Gaius Sextius Calvinus prend et détruit l'oppidum d'Entremont.
En 122 av. J.C., afin d'assurer la sécurité des transports commerciaux entre Rome et la cité phocéenne de Massalia, les romains abandonnent le plateau d'Entremont au profit d'un site d'où jaillissent des sources : Aquae Sextiae (les Eaux de Sextius).
Aquae Sextiae prend de l'ampleur et rassemble une importante population composée pour l'essentiel des descendants des populations salyennes soumises par Rome.
La ville possède des remparts ainsi qu'un théâtre qui en font une ville importante dans la région, idéalement située pour protéger les intérêts romains de la ville de Marseille.
Au fil des siècles, plusieurs quartiers de la ville seront délaissés et le théâtre antique sera démantelé.
La ville se réorganise.

La période des comtes de Provence :

Alors que la ville d'Aix sort d'une longue période de ralentissement économique et démographique, les comtes de Provence (maisons d’Anjou et d’Aragon) décident d'en faire leur nouvelle résidence en 1189,
au détriment des villes d'Arles et d'Avignon, d'où ils régnaient naguère.
Cette position de force va non seulement donner à Aix le statut de capitale de Provence, mais surtout permettre un développement sans précédent de la ville.
À ce titre, l'installation du roi René, duc d'Anjou, comte de Provence, roi titulaire de Sicile, au XVe siècle, marque l'âge d'or de la cité, qui conservera à jamais le titre de « cité du roi René ».

"Aquae Sextiae" deviendra "Aquis in Provincia" en 1250 puis "Aix en Provence" en 1932.

Sources :
Wikipédia
https://www.aixenprovencetourism.com/decouvrir/aix-en-provence/histoire/
https://www.aixendecouvertes.com


Ancienne Publicité pour le Grand Garage de la Promenade des Anglais à Nice.

 

 

Bon, normalement au programme nous devrions découvrir des vieilles pierres gallo-romaines, des hôtels particuliers, des fontaines et des Cours.

Mais pour le moment, l'ancien chemin dénommé autrefois " la montée d'Avignon", actuelle avenue de Lattre de Tassigny jusqu'au rond-point Nelson Mandela, n'est qu'un banal faubourg aux constructions urbaines sans grand sensationnalisme, ni valeur historique.

Nous allons le voir, il y eu plusieurs itinéraires différents dans la traversée d'Aix en Provence.
Ces divers parcours ne sont en fait qu'une adaptation de la route aux nombreuses transformations que la ville a subi au fil des âges.

Ainsi l’aspect de la ville a-t-il été totalement transformé au XVIIe siècle, baptisé le siècle Aixois, avec la création de nouveaux quartier, de cours, d'hôtels particuliers de monuments civils et religieux, faisant table rase du passé médiéval de la cité fortifiée.

En route -

Pour le moment suivons le tracé commun à tous les parcours.

Après l'avenue de Lattre deTassigny, on oblique à gauche pour emprunter le boulevard de la République, anciennement le Cours des Minimes.

Jusqu'au XVIe siècle, la ville est encore confinée dans son enceinte. Mais à partir du XVIIIe siècle, la démolition partielle des remparts va encourager le développement de nouveaux quartiers hors les murs.
Au XIXe siècle, afin d'ouvrir la ville, ce qui restait des murs et des portes d'enceinte sont totalement détruits.
De nouveaux quartiers sortent de terre. De nouvelles avenues sont créées.

Le boulevard de la République ombragé à souhait, se fait de plus en plus commerçant à mesure de notre avancée.
Des hôtels et des cafés terrasses apparaissent à l'approche du cœur historique.


A l'angle du Boulevard de la République et du cours Sextius,
une plaque de cocher gravée du XIXe siècle, signalant la route Impériale N° 7, nous sommes sous Napoléon III.

Sur notre droite, plus aucune trace du Casino-théâtre au style Art-Déco, construit en 1923 et symbole architectural du passé thermal de la ville d'Aix.


L'ancien Casino municipal, pourtant classé monument historique, sera détruit en 2003, victime des nouveaux aménagements urbains.
Couleur et époque différente du même lieu. Image réactive.

Le Casino est tout de même sauvegardé, si l'on peut dire, sous forme d'un projet de conservation numérique, une visite virtuelle en quelque sorte :

http://www.gamsau.map.cnrs.fr/casino/index1.htm

Nous abordons maintenant la courte avenue Napoléon Bonaparte qui débouche sur la grande place de la Rotonde.
Plus exactement sur la place du Général de Gaulle (anciennement place de la Liberté) , La Rotonde étant la fontaine monumentale qui orne le centre de ce carrefour où se croisent les routes vers Paris, Marseille, l'Italie ou la haute Provence.

Voici donc le "monument" d'Aix en Provence.

Le Cours Mirabeau, colonne vertébrale d'Aix en Provence, aboutissait au 19e siècle sur une place boueuse et en mauvais état.
Le conseil de la ville décida à cette époque d'embellir la Place avec la création d'une fontaine symbolisant la ville au centre de son plus important carrefour.
Inaugurée en 1860, haute de ses 12 mètres et large de 32, la fontaine montre avant tout la richesse et le génie de la ville, Aix étant, depuis sa période Romaine, la capitale de l'eau.
La fontaine est ornée à son sommet de 3 sculptures de femmes.
La statue de la justice se situe en face du Cours Mirabeau en direction du Palais de Justice.
La statue du commerce et de l'agriculture se tourne vers Marseille et toute la partie industrielle travaillant entre ces 2 villes.
La statue des beaux arts se tourne vers la route d'Avignon et montre l'implantation des universités supérieures dans la ville.

Sources :

https://www.aixenprovencetourism.com
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_de_la_Rotonde

Restructuration du vieux centre et plan de déplacement urbain oblige, la rotonde n'en est plus tout à fait une.
En tout cas pour l'automobile, car un bon quart de sa circonférence permet désormais l'accès piétonnier à la fontaine.

A propos d'automobile, la suite de notre ballade risque fort d'être compromise car en fonction des jours, et n'ayons pas peur des mots, de l'humeur municipale du moment, l'accès au Cours en automobile est réglementé voir interdit.
Le plan de déplacement urbain ayant pour vocation principale de bouter l'automobile hors de la ville, il faudra donc trouver un onéreux parking, pour poursuivre à pied l'antique tracé de la route de Paris à Antibes.

Car c'est ici que notre itinéraire se sépare, entre l'ancienne et la "récente" traversée de la ville.

Poursuivons par l'itinéraire originel, en empruntant le célèbre Cours Mirabeau, à gauche.


Petit historique succinct :

Construit à partir de 1649 à l'emplacement du rempart sud de la ville, son aménagement fait suite aux projets d'agrandissement de la ville, voulus par l'archevêque aixois Michel Mazarin,
et à la volonté de propriétaires bourgeois qui réclament une promenade pour carrosses et piétons.
Les plus grandes familles de la noblesse ont tenu à faire construire d'élégantes résidences montrant, parfois avec ostentation, leur réussite.
Simplement baptisé à sa création « le Cours », il est renommé « cours Mirabeau » en 1876.

https://www.aixenprovencetourism.com

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cours_Mirabeau


Le Cours entre la fontaine de la Rotonde (au fond) et la fontaine des neuf canons.

En route -

C'est parti pour 440 mètres.

Dès sa création, le cours devient comme prévu un lieu de promenade.
Réservé à la noblesse, on ne s'y montre que dans son carrosse ou, lorsqu'on y paraît à pied, on prend soin de ne jamais se mêler à la bourgeoisie et encore moins aux marchands.
Dès le XVIIe siècle, le côté sud du cours, attenant au quartier Mazarin, est la propriété de la haute noblesse, les couches inférieures de la société fréquentant le côté nord.

À l'entrée du cours Mirabeau, deux statues se dressent de part et d'autre de l'allée.
Datées de 1883, elles symbolisent au nord du cours (sur notre gauche) les « Arts et Sciences » , tandis que celle du côté sud se nomme « Industries et Arts Décoratifs ».

En 1696 le cours est jalonné de 4 fontaines, la première étant celle de La Rotonde.

La seconde fontaine rencontrée sur le cours est la fontaine des neufs canons, les canons étant ici les tuyauteries projetant un jet d'eau.
Ce point d'eau est attesté dès le XIIe siècle, alors situé hors des murs de la ville, il permettait aux troupeau de mouton de s'y désaltérer lors des transhumances.


On en oublie pas les anciennes publicités peintes, Ici pour le Petit Marseillais, le journal à un sou.. Image réactive.

Vous l'avez remarqué, le cours est toujours aujourd'hui divisé en deux bords.
Le côté nord est occupé par les cafés terrasses, les boutiques diverses et les fast-foods, alors que le côté sud arbore les façades des hôtels particuliers, et des banques.

La troisième fontaine, La fontaine Chaude, est la plus ancienne du Cours.
Alimentée par des eaux thermales, sa température est de 18°.
Froid me direz-vous pour une fontaine chaude ! oui mais 18° est la température constante de l'eau, même en plein hivers.
Du coup, trois variétés de mousses différentes s'y développent, recouvrant en totalité la sculpture originelle de quatre enfants soutenant une vasque.


Le cours Mirabeau et sa fontaine Moussue au début du siècle dernier. Plus loin on aperçoit la fontaine des neuf canons.

Sur la droite, à proximité de la fontaine, vous ne pourrez rater la porte de l'Hôtel particulier Maurel de Pontevès reconnaissable aux deux Atlantes soutenant le balcon de la façade.
Il s'agit d'une des premières demeures construite sur le Cours, à l'époque encore où de nombreuses maisons sont adossées au mur d'enceinte, qui bientôt laissera librement place à la future promenade.
A ses débuts le revêtement de terre battue rend le Cours boueux par temps de pluie et poussiéreux durant toute la saison sèche.
De plus la propreté et surtout l'hygiène de la ville est loin d'être irréprochable..
Aix a pour seul défaut que l'usage des fosses d'aisance privées n'y existant pas, il faut aller faire ses affaires sur les toits des maisons,
ce qui empuantit fort les logis et même toute la ville, principalement lorsqu'il pleut, l'eau entraînant dans les rues toute cette ordure, de sorte qu'il n'est pas bon de se promener en ces temps là.
Aussi dit-on au pays, qu'à Aix il pleut de la merde comme il en pleut aussi à Marseille et à Arles.

Extrait : Une histoire du bon goût / Didier Masseau


L'Hôtel Maurel de Pontevès.

La quatrième et dernière fontaine du Cours, est celle du Roi René, située sur l’emplacement d’une ancienne fontaine en forme de pyramide et détruite sous la Révolution.

pour en savoir plus : http://www.guyliegeois.fr/?p=83


Mais trêve de musardise, nous voici place Forbin, au bout du Cours.
Ne perdons pas de vue notre destination finale, la frontière Italienne.
C'est donc naturellement qu'il faudra poursuivre notre parcours en abordant sur la droite la bien nommée Rue d'Italie, hommage aux campagnes victorieuses de l'empereur en Italie.


A l'entrée de la rue d'Italie, ce panneau de bois nous replonge à l'époque des véhicules hypomobiles et des balbutiement de l'automobile

Etroite ruelle commerçante, aujourd'hui à sens unique, la rue d'Italie est une des plus ancienne rue urbaine de France, et donc la plus ancienne d'Aix.
Pensez donc ! créée dans le prolongement de la voie Aurélienne, son origine remonte au camp Romain au IIe siècle avant J.C.

Désigné "Chemin de St Maximin et de Toulon" au Moyen-Âge, cet ancien faubourg hors des remparts de la ville, était un quartier populeux et un lieu de passage important, ainsi y trouvait-on de nombreuses auberges.

En route -

Aujourd'hui, vous ne serez pas trop dépaysé, la rue invite à la flânerie et au shopping.
On y découvrira, le nez en l'air, quelques oratoires et quelques clochers médiévaux et les ruelles alentours nous inviteront à l'exploration, à la recherche d'une place secrète, ou d'une fontaine oubliée.

La ruelle Fernand Dol, sur la droite, est l'ancienne rue du Bœuf, un ancien chemin public servant de communication entre l'ancestral chemin de Toulon / St Maximin et celui de Marseille.
C'est une hôtellerie à l'enseigne du Bœuf, établie avant 1586 qui avait donné son nom à cette rue aujourd'hui rebaptisée.

Le premier relais de la poste de Paris à Marseille, établi à Aix sous Louis XIII, en 1627, fut placé dans la rue du Bœuf, et y a existé pendant près de deux cents ans, d'où vient qu'on a donné quelquefois à cette rue, le nom de rue du Relais.

Extraits : Les Rues d'Aix, par Roux Alphéran - http://clap.jac.free.fr/livre/page%20texte.html

Un peu plus bas, à l'angle de la croquignolette Place d'Arménie, on retrouve sans trop de difficulté le nom de notre rue gravé dans la pierre de taille au XIXe siècle.
Une erreur typographique s'est néamoins glissée, due, dit-on, à " un ouvrier affidé à la mairie, assez ignare, mais bonhomme d'ailleurs.. "
La gaffe, c'est que l'erreur perdure ainsi depuis des siècles comme le prouve la plaque de rue du XXe siècle située au dessus. (un autre ouvrier ignare, descendant du précédent ? ;-).

Source et extrait : https://bibliotheque-numerique.citedulivre-aix.com/records/item/25904-le-memorial-d-aix


Une erreur typographique qui perdure à travers les âges.

La rue d'Italie arrive au carrefour avec le Boulevard du Roi René et du Cours Gambetta et met fin ici à notre escapade Moyenâgeuse.
Retour à la civilisation présente, pour aborder maintenant une traversée de la ville beaucoup plus contemporaine.



La suite de l'étape

 


Retour au sommaire

 

@ 2020