ETAPE 13 : du Logis Neuf (600 km) à Mondragon (650 km)

03 /06
← Montélimar →

En route -

L'avenue d'Aygu en direction d'Avignon vous mènera jusqu'au pont Roosevelt qui franchit la rivière Roubion et ses berges herbeuses.


La place Dormoy et l'avenue D'Aygu . A l'époque, pas de rond-point, mais un policier sur son îlot veille au grain !

Le pont sur le Roubion, à Montélimar, est construit dans le genre et d'après les dimensions de celui de Livron. Il est même réputé supérieur sous le rapport de l'art et des matériaux.
Les fondations en avaient été commencé, avant la révolution, par les soins de MM. de Marmillod et Rolland, successivement ingénieurs en chef à Grenoble.
M. de Monduisant, père de l'ingénieur en chef actuel du port de Toulon , en dirigea les travaux comme ingénieur ordinaire.
Ils furent suspendus pendant la révolution, mais le gouvernement impérial les fit reprendre, et le pont fut livré au public en 1806.

Extrait : statistique du département de la Drôme 1835


Le Pont de pierre en arche sur la rivière Roubion.

Nous voici avenue Jean Jaurès dans le faubourg St James.
N'y voyez aucun rapport avec un Saint Anglais, St James n'est ni plus ni moins que St Jacques en langue occitane.
Par rapport au morne faubourg St Lazare que nous avons traversé à l'entrée de la ville, le Faubourg St James est un quartier plutôt populaire et vivant, qui a conservé beaucoup de son âme d'antan.
Levez la tête, ouvrez les yeux, le quartier recèle encore de beaux restes de son glorieux passé.


Le populaire et vivant faubourg St James lors d'une migration estivale. Image réactive.

Jusqu'au début des années 1990, il était difficile d'ignorer la concession Citroën signalée de loin par son totem géant qui dominait le quartier.
Le bâtiment aujourd'hui détruit, se situait à l'exact emplacement d'un parking pour supermarché discount et centre médical.


Garage Citroën et station OZO. Image réactive



Garage Citroën, Quartier St James vu en 1993, peu avant sa destruction.


Pour retrouver le passé, levez les yeux !

Passons devant l'étonnant clocher de l'église St Jacques.

Durant le Moyen Âge, le faubourg Saint-James fut le siège d’un prieuré de moines bénédictins dépendant de l’Ile-Barbe près de Lyon et connu sous le nom de prieuré d’Aygu.
Ce prieuré desservait alors l’ensemble des églises de Montélimar, mais il fut ruiné par des bandes de routiers durant la guerre de Cent Ans .
En 1449 le Dauphin Louis, futur Louis XI, décida le rattachement de N-D d’Aygu à la collégiale Sainte Croix.
Une Chapelle St Jacques existait déjà au XVIe siècle, mais plus aucune trace n'en subsistait au XIXe.

Avec l'achèvement du pont de pierre en 1807, le quartier St James se développe rapidement.
Ce n'est pourtant qu'en 1922 qu'une église consacrée à St Jacques est aménagée dans les bâtiments d'une ancienne poterie.
En 1937 débuteront les travaux d'agrandissement. L'édifice sera officiellement inauguré en 1949.

Etape traditionnelle d’abord sur l’antique voie romaine, puis sur la voie royale qui lui succéda (actuelle route de St Paul), le faubourg hébergea les pèlerins partant vers Jérusalem ou Rome, puis ceux se rendant à St-Jacques-de-Compostelle.

C'est toujours le cas aujourd'hui.
Afin de permettre aux pèlerins du département de la Drôme de rejoindre le Chemin de Saint-Jacques (GR 65) à partir du Puy en Velay ou le GR 653 à partir d'Arles, un itinéraire pédestre (bretelle de raccordement) a été reconnu.
Son point de départ balisé se situe ici, à l’église St -James de Montélimar.

Sources :

http://patrimoine.amis-st-jacques.org
http://www.notredamedurhone.fr
http://chemins.amis-st-jacques.org/wp-uploads/telechargements/mes_pdf/2014_04_01_version_nouveau_kilometrage_livre_bretelle_montelimar.pdf


Pour retrouver le passé levez les yeux !

A partir des années 1950, le quartier va concentrer un nombre important de garages et stations-service le long de la route nationale. Cet âge d'or coïncide avec celui de la démocratisation de l'automobile.
A l'époque les voitures tombent encore souvent en panne, les pneumatiques sont fragiles, les crevaisons ne sont pas rares.
Gourmandes en huile, elles consomment également beaucoup, d'où la nécessité de multiplier les garages et les stations-service le long des axes routiers importants.


A droite, en direction de Châteauneuf, l'ancienne Route Royale.

Jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, date de la rectification du tracé de la Grand' Route dans la région, la petite route qui part sur notre droite, n'était autre que la Route Royale qui passait à l'époque par Châteauneuf.
Désormais la nouvelle route, plus large, coupera tout droit à travers le quartier St James jusqu'à rejoindre Donzère par la côte de Bel air.


A l'entrée de la route de Châteauneuf, un exemple de garage familial qui a traversé les âges. Image réactive.
Photo noir et blanc provenance Internet ???

Les petits garages de quartier.
Si on y prête attention, on remarque deux catégories d'établissement.
Tout d'abord les vieux garages familiaux, petites bâtisses d'un ou deux étages, établis le long de la rue, apparus dès les années 1920, ne pouvant accueillir qu'un nombre restreint de véhicules.
On accède à l'atelier par une large porte donnant directement sur la chaussée. Le patron et sa famille résident à l'étage.
Au fil des ans, ces garages se sont adaptés aux nouveaux modes de distribution de carburant.
Ils ont installé directement sur les trottoirs leurs bi-jaugeurs, puis leurs pompes distributrices.
L'automobiliste pour faire le plein, se garait simplement sur la chaussée, devant la pompe qui le concernait, attendant la venue du pompiste.


Avenue Jean Jaurès, sur la route des vacances, ici celles des sports d'hivers. Remarquez les stations Shell et BP derrière. Image réactive.


La station Shell, garage Panhard design. Image réactive.

Les grandes Stations services.
A partir de 1950 apparaissent de nouvelles Stations.
Innovantes, leur architecture esthétique se démarque par des lignes contemporaines et design.
C'est l'ère des Stations-service modernes.
Elles mettent à disposition leur station de gonflage et disposent de toilettes, d'un téléphone, d'une boutique et parfois d'une salle de repos.
Elles n'empiètent plus sur la chaussée.
On y accède par des pistes abritées par des marquises de verre et d'acier le long desquelles sont disposées les pompes distributrices de carburant.
Un pompiste en uniforme vient faire le plein, contrôle les niveaux, les feux et lave le pare-brise.
Ces grandes stations entièrement dédiées au culte de l'automobile perdureront jusqu'au premier choc pétrolier des années 1970.


C'est la carte de visite qui le disait !

Au loin, un incroyable mur, haut de plusieurs étages domine le quartier, façon écran de cinéma géant. Un cinéma en plein air ?
Il s'agit d'une enseigne pour station service.
Celle-ci est peut-être la plus démesurée de la nationale 7.
Un gigantesque panneau aux couleurs de BP, pour le relais St James, un totem digne des stations-service de la route 66.

Et de fait, ce relais construit au début des années 50 adopte le concept US du tout récent relais-service, avec un espace dédié uniquement à l'automobile, une architecture innovante, un éclairage étudié, et à bord de ce vaisseau de pierre et de lumière, tout le nécessaire pour l'automobiliste.


On distingue encore aujourd'hui le logo BP qui ornait cette enseigne démesurée.


Un seul mot...Waow quelle classe !!!

Attenant à l'ancienne station-service, les magasins d'usine du nougat "Les trois abeilles", suivi des Nougats "Diane de Poytiers".


Concurrence entre stations-service mais également entre fabricants nougatiers.
Apparemment il y avait de la place pour tous. Image réactive.

Aujourd'hui, la concurrence est peut-être moins rude que dans les années 60, mais le nougat de Montélimar, même s'il ne réussit toujours pas à obtenir son label IGP, reste une source de revenu importante pour les nougatiers survivants.
Si l'autoroute a dévié les touristes du centre-ville et des échoppes urbaines, les fabricants se sont également déplacés vers les aires de repos autoroutières afin de continuer à proposer les confiseries renommées et le succès perdure.

Montélimar: les nougatiers adorent les journées chargées sur l'autoroute A7

Ils sont 12 à proposer leurs produits dans deux boutiques sur l'aire de repos de l'autoroute A7, une dans chaque sens de circulation.
Ils y vendent chaque année plus de 200 tonnes de nougat, dont la moitié l'été.
Ils écoulent dans ces seuls points de vente 7% de leur production annuelle. Pour certains nougatiers, ces boutiques représentent le tiers de leur chiffre d'affaires.

Les vacanciers s'arrêtent surtout sur la route des retours.
Le magasin installé dans le sens Sud/Nord de l'autoroute vend de deux fois plus que celui d'en face.

L'histoire du nougat de Montélimar a toujours été liée à celle des transports.
Au 19ème siècle, les nougatiers montiliens s'étaient installés près de la gare et allaient vendre leur nougat à même les quais.
Début 20ème siècle, ils ont pris place au bord de la Nationale 7.
Puis en 1968, quand le tronçon de l'autoroute A7 a ouvert entre la méditerranée et Valence, ils ont tout de suite voulu s'y installer.

Aujourd'hui, les nougatiers appellent l'été "la saison autoroutière".

Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche. 2015


L'hôtel de Provence. Image réactive.


Ce garage est aujourd'hui transformé en brasserie.


Un petit Cognac avant de reprendre la route ? Mur peint pour Henessy. Image réactive

En route -

Après le stade et le complexe sportif, le faubourg St James se dilue peu à peu au milieu de constructions plus récentes.
Nous sommes route de Marseille, longue zone d'entrepôts commerciaux de toutes sortes où les fast-food et les hôtels budgets ont remplacé les hostelleries et les petits restaurants de campagne.
Place aux magasins de surgelés, aux supermarchés, aux enseignes de bricolage, aux boutiques des opérateurs de téléphonie, de pièces détachées auto, d'opticiens mais aussi à quelques fabriques de nougat.


Belle ambiance vers les années 1980, à la Gerbe d'Or. Image réactive.

Tout juste après la "Gerbe d'or", au niveau du rond-point, notre route croise sur la droite "le chemin des Fourches".
Il s'agit bien entendu du lieu sinistre où se dressaient les Fourches Patibulaires.
Placé en hauteur et bien en vue de la route principale, le gibet signalait le siège d'une Haute Justice.
Les corps des condamnés à morts restaient ainsi exposés à la vue des voyageurs.
En ces temps là, il fallait donner l'exemple.


Aujourd'hui reconverti en Hôtel, le restoroute de Montélimar. Image réactive.

La chaîne des premiers "Restoroutes" installés le long des routes nationales, annonçait les futurs relais autoroutiers.
Des établissements ouverts 24/24h, 7/7jours, situés à proximité d'une station service, disposant d'un drugstore, où l'automobiliste pourra se restaurer rapidement et à moindre frais.
Le restoroute de Montélimar, le second du genre ouvert après le restoroute de Rouvray sur la RN6, est accolé à un Motel, qui propose donc ici une hostellerie à la mode USA.


Derrière le Restoroute, la piscine du motel.


Ambiance nocturne à la station Le National 7, qui jouxtait le restoroute. Image réactive.


Parfois il faut aussi baisser les yeux pour retrouver les traces du passé.


Une dernière pause Nougat ?


Bel exemple de conservation pour cette ancienne boutique de nougat , aujourd'hui reconvertie en restaurant traiteur.

Allez ! un dernier hypermarché, des fast-foods en concurrence et voila le clap de fin pour Montélimar.

Variante pour automobilistes pressés :

A moins de ne pas vouloir traverser le centre de Montélimar, comme nous venons de le faire, ni prendre l'autoroute, vous emprunterez alors la rocade post-1967.


La déviation de 1967

Elle vous fera peut-être gagner du temps sur votre itinéraire (et encore, rien n'est moins sûr), mais vous baladera de rond-point en rond-point à travers une importante Zone d'Activité Commerciale.
Nous n'en retiendrons que le giratoire de Villepré sur lequel est installé depuis juillet 2016, un mirage III B.
Le moyen pour le musée de l'aviation de Montélimar-Ancône, autrement appelé le Musée Européen de l'Aviation de Chasse, de se faire connaître.
Pour trouver le Musée ? Suivez le nez de l'appareil, il pointe dans la bonne direction.

http://www.meacmtl.com

Nous nous retrouvons finalement à la jonction des tracés, là où la déviation retrouve son itinéraire original.


La suite de l'étape


Le retour au sommaire

Rendez-Vous Nationale 7 @2018 - 2019