Traversée de Lyon Second Tracé

de 1957 à 1973

Distance à parcourir : 7.5 km

Page 01/ 02



Lyon Ouest : On suivra ici le tracé rouge.

Les retrouvailles à Vaise, place de la Pyramide, de la route de Bordeaux et des routes nationales 6 et 7 circulant de conserve dans les ruelles du centre ville de Lyon et véhiculant, année après année, un trafic routier de plus en plus important, va pousser la municipalité à adopter un nouveau tracé.

Tandis que la N6 conservera, jusqu'à l'inauguration du tunnel de la Croix Rousse en 1958, son parcours initial, c'est la N7 qui va devenir autonome en empruntant un tout nouvel itinéraire le long d'anciennes voies communales reclassées spécifiquement en N7.
(dont la RN7E antenne de la N7 de Tassin à la rive droite de la Saône et la RN518 de la rive gauche du Rhône à la route de Vienne).

Il n'est donc plus question de tronc-commun entre les deux routes mythiques. Chacune aura sa propre traversée de Lyon. Nous sommes alors en 1957.

C'est ce second tracé que je vous propose de suivre à présent.

Comme pour le tracé initial, le départ débute à Tassin la Demi Lune : Place Pierre Auboin, rond-point de l'horloge.


Place de L'horloge.


Direction Rue de la République. Image réactive.

Au carrefour de l'horloge, on file cette fois tout droit par la rue de la République. La rue reste conforme aux faubourgs des grandes villes avec ses maisons de villes et ses immeubles de pierre.

Au rond point du Maréchal de Lattre de Tassigny, ne nous laissons surtout pas distraire par la multitude de directions proposées, qui pour le néophyte vacancier ne font que brouiller la piste qui nous mènera jusqu'à la grande bleue. : Lyon St Just, Lyon Menival, Lyon centre, Lyon presqu'île.. qu'en sais-je ?


La RN7 ? c'est tout droit !

Le quartier change de physionomie et arbore maintenant un air moderne plutôt estampillé années soixante dix avec ses barres d'immeubles caractéristiques de ces années là.
Nous voici à Lyon, avenue Barthélemy Buyer. Le panneau d'entrée d'agglomération indique D407.

http://ruesdelyon.monsiteperso.net/PageRubrique.php?ID=1001348&rubID=1001409

Après une passerelle recouverte selon la saison de vigne vierge et permettant aux élèves du groupe scolaire de traverser la rue en toute sécurité, on circule entre des barres d'immeubles, quartiers urbanisés des années 1970, pour certains camouflés par une verdure intelligemment utilisée.

Ici, la loi "Grenelle de l'environnement 2" concernant la pollution visuelle des panneaux d'affichage, n'a pas lieu d'être.. puisque nous sommes dans une ville supérieure à 10 000 habitants.


Quelques couleurs et tout de suite la route s'enchante... non ?

Depuis 2011, Total transforme l'ensemble de ses stations-service en Station-service "Total-Access", dans l'objectif de "moderniser l'ensemble de son réseau français d'ici fin 2018".
Pub : 90 secondes pour devenir une TOTAL Access : https://youtu.be/I20z2oRnBV8


Un après / avant de la station Total de l'avenue Barthélemy Buyer. Image réactive.

Par endroit la rue se resserre et prend des airs de petite ville de province.

A l'amorce d'une montée en virage, entre deux hauts murs, passait alors au dessus de nos têtes le réseau du FOL, un chemin de fer local (FOL pour Fourvière Ouest-Lyonnais) desservant l'ouest Lyonnais depuis la gare du quartier de St Just.


Vue dans le sens de la descente, l'avenue Barthélémy Buyer à l'époque du FOL. Image réactive.


Fondé en 1886, le réseau vapeur passera au tout électrique pour devenir tramway en 1899.
La petite ligne de 23 km environ fonctionnera jusqu'en 1954. En 1955 le réseau est déclassé et démonté.


Le Fol passait ici

Sources :

http://folsaintjust.free.fr/
http://www.levieuxbrindas.fr/dossiers/chemin-de-fer-de-louest-lyonnais/fourviere-ouest-lyonnais-fol/

De chaque côté de la route, on aperçoit encore aujourd'hui les piles de soutènement du viaduc ferroviaire.

La longue avenue Barthélemy Buyer prend fin au sommet de la côte.


Vue de l'avenue Barthélemy-Buyer, anciennement chemin de la Demi-Lune, dans le sens de la descente.
En 1900 même point de vue avec l'établissement Le Café-Concert ou la Maison des Quatre-Colonnes, à Saint-Just.
Photo Bibliothèque de Lyon. Image réactive.

Nous arrivons mantenant place du Trion, quartier St Just dans le 5e arrondissement.


Place du Trion, la RN7 vue vers la descente en direction de Charbonnières.
Au fond, on aperçoit les motrices du FOL. Photo Bibliothèque de Lyon.

Difficile à croire, mais ici, à quelques mètres sous nos pieds, passent exactement les voies de l'autoroute A6.
Nous nous trouvons juste au dessus du fameux tunnel de Fourvière, si connu des voyageurs d'aujourd'hui, et autrement plus passant que le quartier où nous nous trouvons actuellement.

Le nom de la place du Trion viendrait du latin Trifontius, "trois fontaines", sources qui se situaient à proximité de ce carrefour de voies romaines, en des temps plus reculés où l'on portait encore toges et sandales.
A propos de fontaine, le petit square ombragé abrite la fontaine Claude, fontaine retrouvée lors de fouille, gravée d'un Claudius Augustus et datée de l'an 43.


La fontaine de la place du Trion.

Un petit bar-restaurant, lui aussi ombragé, mais bien moins ancien que notre fontaine existe depuis plus de 100 ans tout de même.


Le Café de la Terrasse, en bordure de route nationale 7. Image réactive.

On emprunte maintenant le Chemin de Choulans, encore appelé "montée de Choulans", mais dans notre cas ce sera plutôt une descente avec un dénivelé d'environ 90 mètres.
Gaffe à la caravane !!

La montée de Choulans est la principale voie d'accès à la colline de Fourvière.
Ouverte en 1858, on trouvait ici dans l'antiquité une fontaine de Cholan... qui aurait donné son nom à la côte.


La montée de Choulans... dans le sens de la descente. Photo Bibliothèque ville de Lyon.
Le quartier n'a pas vraiment changé, hormis les modèles automobiles. Image réactive.

Au croisement avec la rue Macchabées, on peut admirer un ensemble architectural remarquable en cela qu'il s'agit d'une des habitations de l'obéance du cloître de Saint-Just, une maison canoniale datant du XIIIe siècle, attribuée aux prêtres et aux Chanoines de l'église.
Si l'on en croît l'opulence de la bâtisse, gageons que nos moines ne faisaient pas vu de pauvreté.


A droite en coin, l'obéance du cloître de St just, Auberge du Taureau Couronné.

Vers 1623, la maison change de registre et devient une Auberge à l'enseigne du "Buf Couronné".
Derrière la maison, au n° 162 de la Montée, un portail datant XIXe siècle nous rappelle l'enseigne de l'auberge.


Terrasse Du Boeuf O

Pour en savoir plus : http://www.patrimoine-lyon.org/index.php?lyon=la-maison-du-boeuf-couronne

En route -

Notre descente est riche en découverte.
Sur la droite place Wernert, des ruines antiques sont exposées à l'ombre d'un petit square.
Il s'agit de tombeaux monumentaux datant du Ier siècle.


Vue dans le sens de la montée, la place Eugène Wernert et ses tombeaux antiques.

En 1885, lors de fouilles réalisées à l'occasion des travaux de construction de la voie de chemin de fer de Vaugneray, furent découverts pas moins de 10 mausolées.
Les cinq mausolées présentant le plus d'intérêts furent démontés pierre par pierre et installés ici, place Eugène Wernert.

En fait tout ce quartier fait partie du Lugdunum antique et témoigne d'une densité d'occupation importante à l'époque Gallo-romaine.

Tout sur les mausolées de Trion :

http://www.patrimoine-lyon.org/index.php?lyon=les-3-tombeaux-du-1er-siecle
http://qse.free.fr/spip.php?article3

Le quartier St Just a conservé son âme de village.
Au carrefour avec l'avenue Debrousse, la descente se poursuit sur la gauche en empruntant cette fois une double voie d'où l'on a une belle vue sur tout l'est Lyonnais.

Il faut savoir que ce chemin de Choulans, plus proche ici du boulevard que du sentier, est en fait une percée relativement "récente" créée en 1858 pour faciliter la montée des voyageurs.
Avant 1858, l'ascension s'effectuait en empruntant d'étroits passages raides et rectilignes, comme par exemple la montée des Génovéfains ou encore celle des Tourelles.


La "Montée de Choulans" en descente . Sur la gauche la montée des Génovéfains.


La montée des Génovéfains bien conservée, en bas la voie de Choulans.
Cliché :
http://creditphoto.com/photos/montee-genovefains/

 

LA SUITE